Al Aqsa - Israel provoque ONU – Abbas menace

samedi 3 octobre 2015
par  Michael Warschawski
popularité : 1%

Premier Octobre 2015 : La police de Jerusalem vient de convoquer le depute Jamal Zahalka pour être interroge sur les propos qu’il aurait profère sur l’Esplanade des Mosquées le 29 septembre.
Le députe s’en est pris a des extrêmistes juifs qui paradaient sur le troisième lieu saint de l’Islam, dans le but d’y affirmer une souveraineté juive. "Allez-vous en ! Rentrez chez vous. Vous êtes ici indésirables, fous criminels que vous etes tous. Ici c’est a nous, ici c’est ma maison, bande de fascistes racistes !"

Premier Octobre 2000 : Ariel Sharon parade sur l’Esplanade des Mosquées, provoquant des manifestations de protestation à Jérusalem puis dans l’ensemble des territoires palestiniens occupes, réprimées dans le sang.
Ce sera le debut de ce qu’on appelera "la seconde Intifada". Mais avant, ce sont 13 citoyens palestiniens d’Israel qui se feront massacrer par les forces de police qui avaient recu l’ordre explicite d’Ehoud Barak, alors premier ministre, de tirer sur ceux qui manifestaient leur solidarite avec leurs freres et sœurs de Jerusalem, ainsi que leur attachement a Al Aqsa. La Cour Penale Internationale de La Haye n’a pas encore ouvert de procedures contre ce criminel de guerre, mais n’oublions jamais que pour de tels crimes, il n’y a pas de prescription…

Quinze ans ont passe, et les dirigeants israeliens n’ont rien appris. Comme le dit tres justement le depute de la Liste [arabe] Unifiee, "il s’agit la d’une decision politique, et la police agit comme une police politique qui surfe sur la vague d’incitations qu’on initie contre moi, les Lieberman, Reguev et cie. Ce que j’ai dit a Al Aqsa aux extremistes qui ont envahi le site et aux policiers qui les protegeaient, je l’ai dit des dizaines de fois a la Knesset." Et de mettre en garde contre tout changement du statu quo sur l’Esplanade, car "laisser faire ne pourra que provoquer des morts dont l’entiere responsabilite reposera sur le gouvernement".

Directement concerne par ce qu’on appelle déjà ici "les evenements du Mont du Temple", le President palestinien Mahmoud Abbas. C’est sans doute ce qui explique le ton plus menaçant que de coutume de son intervention devant l’Assemblée Générale des Nations Unies le 30 Septembre. Il ne pouvait pas faire moins que de mettre en garde la communaute internationale sur une eventuelle rupture des accords avec Israel… comme si ce n’était pas l’Etat d’Israel qui avait rompu unilateralement et systematiquement tous les articles desdits accords.

Le test du sérieux des menaces d’Abbas est évidement la rupture de la cooperation militaire avec Israel, tout le reste n’etant que de la deco, du pipo. Sans cette coopération, la tache des forces d’occupation israéliennes sera immensément plus difficile, d’autant que pour des milliers de jeunes Palestiniens a bout de nerfs, un tel pas sera percu comme un feu vert pour la reprise des confrontations avec l’occupant. C’est dire combien il faut prendre les propos du President palestinien avec une grande dose de scepticisme.


Publie sur Alternativenews.org, site du Centre d’Information Alternative (1.10.2015)



Nous aimons...

Refuzniks — Dire non à l’armée en Israël, de Martin Brazilai


Vaincre Macron, de Bernard Friot


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 6 mai 2018

Publication

738 Articles
9 Albums photo
333 Dernières Infos
8 Sites Web
219 Auteurs

Visites

24 aujourd’hui
34 hier
231271 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté