Les migrants et la colère au festival du film britannique de Dinard

mercredi 27 septembre 2017

Les migrants et la colère seront au menu du festival de la 28e édition du film britannique de Dinard (Ille-et-Vilaine), dont le jury est présidé cette année par l’actrice et réalisatrice Nicole Garcia.

Une quarantaine de films seront projetés dans cinq salles de mercredi à dimanche, dont vingt en avant-première et six en compétition.

"Parmi eux, cinq films parlent de la question des migrants de façon frontale ou indirecte. C’est visiblement une question qui taraude les artistes britanniques", pointe Hussam Hindi, directeur artistique du festival.

Parmi eux, figure notamment "Confident royal" de Stephen Frears, projeté en ouverture, qui évoque l’amitié entre la reine Victoria (Judi Dench) et son serviteur indien (Ali Fazal).

L’actrice engagée Vanessa Redgrave aborde elle la question des réfugiés dans un premier documentaire tourné à Calais, "Douleur de la mer", en sélection officielle.

Le festival est aussi traversé par la question de la "colère", "une certaine envie de cogner, peut-être liée au Brexit", souligne M. Hindi, en citant des films d’horreur ou sur la boxe.

Le Brexit sera d’ailleurs abordé au cours du festival, à travers un débat avec le journaliste Alex Taylor et l’ancien ministre britannique Denis McShane.

’sans star, sans argent’

Autre point fort de la programmation, "La mort de Staline" d’Armando Iannucci avec Steve Buscemi, adaptation de la bande-dessinée éponyme, évoque sous forme de comédie la bataille de succession survenue après la mort du leader soviétique.

Avec la projection de "That Good Night" de Eric Styles, un hommage sera enfin rendu à l’acteur John Hurt, connu notamment pour ses rôles dans "Elephant Man" et "Harry Potter", et mort en janvier à l’âge de 77 ans des suites d’un cancer du pancréas.

Six films britanniques seront en compétition pour le Hitchcock d’or, décerné par un jury présidé par Nicole Garcia et composé notamment de Valérie Donzelli, Vincent Elbaz ou Mélanie Thierry.

L’an dernier, le festival avait récompensé du Hitchcock d’or et du prix du scénario "Sing Street", une coproduction irlando-américano-britannique réalisée par l’Irlandais John Carney.

Le festival a reçu cette année une centaine de films. La plupart de ceux qui ont été sélectionnés sont des premiers films "sans star, sans argent", souligne Hussam Hindi.

"Depuis la création du festival, nous avons vu venir les nouveaux talents. De la veine réaliste et sociale du cinéma britannique des années 90 à des films plus variés qui touchent à tous les genres aujourd’hui", souligne M. Hindi, en se félicitant d’avoir projeté les premières œuvres des réalisateurs Christopher Nolan et Danny Boyle.



Nous aimons...

Refuzniks — Dire non à l’armée en Israël, de Martin Brazilai


Vaincre Macron, de Bernard Friot


Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 21 août 2018

Publication

749 Articles
9 Albums photo
336 Dernières Infos
8 Sites Web
221 Auteurs

Visites

612 aujourd’hui
729 hier
233660 depuis le début
22 visiteurs actuellement connectés