Samuel Paty a rejoint la longue liste des victimes du fanatisme et de l’intolérance.

dimanche 18 octobre 2020
par  Michel Bonelli
popularité : 5%

Aujourd’hui on appelle à de nombreux rassemblements suite à l’assassinat de Samuel Paty ce qui est reflexe normal pour une nation qui se sent agressée.

En son temps j’aurais voulu la même prise de conscience lors des meurtres de Merah où des enfants juifs furent exécutés parce que juifs et où un de nos soldats d’origine maghrébine avait perdu la vie. Je sais on ne refait pas l’histoire.

Mais n’oublions pas aussi le drame algérien qui a eu lieu à une heure d’avion de Marseille entre 1993 et 2001, j’étais à Alger en décembre 93 quand l’ultimatum du FIS fait aux étrangers de quitter le pays est arrivé à expiration et qu’une femme russe épouse d’un pilote algérien a été tuée sur un marché.

Vous trouverez ci-dessous un texte d’une grande journaliste et écrivaine algérienne que j’avais reçu à Marseille, Nassira Belloula :

« Je vais répondre à ce que je lis sur certains murs d’outre-mer, cet enseignant a été décapité en France en Algérie ce sont des centaines d’intellectuels égorgés et décapités, des journalistes des meilleurs Said Mekbel, Ismaïl Yefsah, Ferhat cherkit (100 journalistes), des écrivains et des intellectuels et pas des moindres l’écrivain Tahar Djaout, le poète Youcef Sebti, le sociologue Djilali Lyabès, la figure emblématique de la psychiatrie Mahfoud Boucebci, le directeur de l’école des Beaux-arts Ahmed Asselah et son unique fils, la féministe et militante des droits des femmes Nabila Djahnine, Laâdi Flici médecin, Abdelkader Alloula dramaturge et Azzedine Medjoubi, acteur et directeur du Théâtre national algérien, Maatoub Lounès poète et chanteur, Cheb Hassni le prince du raï, Katia Benguana, Kouidria Nour El Houda (12 ans), et la liste est si longue, si pénible à énumérer ce sont quelques 200.000 morts.

Les listes des Algériens à abattre confectionnées par des commanditaires circulent dans les maquis. Et les commanditaires sont entre autres Anouar Haddam (qui a revendiqué la bombe de l’aéroport d’Alger, a revendiqué entre autres l’assassinat de Boucebci) Mourad Dhina, un responsable islamiste, Rabah Kebir, Abdelkader Sahraoui, et beaucoup de "soldats" anonymes ont bénéficié des largesses des pays occidentaux, France, Belgique, Allemagne, Angleterre alors que les intellectuels se faisaient tuer, certains avaient fait le choix de rester au pays, d’autres n’avaient aucune possibilité même de respirer pour quelques semaines vu que visa et résidence leur étaient refusés.

Le monde avait tourné le dos à l’Algérie, isolée, marginalisée, oubliée, ont lui a fermé toutes les portes et on a pointé du doigt l’armée et les Algériens qui se battaient contre le plus horrible des terrorismes islamistes.

L’Algérie s’est retrouvée seule et elle s’est battue avec d’énormes sacrifices.

Alors ceux qui braquent contre les musulmans pour leur non-réaction contre les attentats en Occident (ce qui est faux) qu’ils ravalent leurs rancœurs vous n’étiez pas la quand nous subissions le couteau, la hache et les bombes du terrorisme islamiste.

L’Occident faisait passer les terroristes pour des opposants, les aider, les accueillit, les financés. Des opposants qui tuaient, violaient, décapitaient, égorgeaient pour instaurer un état islamique en Algérie.

Et, il fallait commencer par l’intelligencia détruire la pensée intelligente, laïque, intellectuelle, progressiste afin de pouvoir instaurer les fondements d’une République islamique.

Il a fallu les attentats du 11 septembre pour qu’on regarde l’Algérie différemment un pays qui s’est battu contre l’hydre terroriste islamiste et non contre des opposants.

Il a fallu de peu pour que nous sombrions et l’Occident préparait déjà des sanguinaires comme Anouar Haddam à succéder à la tête de l’Algérie.

Nous condamnons toujours les assassinats et attentats, car nous avons marché sur ces braises, mais les leçons de morale gardez-les. Ne nous trompons pas d’ennemis. »

C’est pourquoi aujourd’hui doit être une journée de souvenir de toutes les victimes des affrontements entre les factions extrêmes de l’islam wahhabite et le reste du monde.

Dans nos pensées Samuel Paty doit être associé aux lycéennes victimes de Boko Haram au Nigéria, aux Syriens dont la terre n’est plus que cendres, aux Kurdes alliés trahis de l’Occident, aux chrétiens d’Orient chassés de chez eux, aux Palestiniens laïcs pris entre le marteau des membres de l’extrême droite israéliennes et l’enclume des radicaux, aux Arméniens du Nagorny Karabakh assaillis par les armées Azéris et Turques, à nos policiers et à nos soldats tombés pour nous défendre.

Samuel Paty a rejoint la longue liste des victimes du fanatisme et de l’intolérance.

N’oublions pas cette phrase de Chomsky : « Si la liberté d’expression se limite aux idées qui nous conviennent ce n’est pas la liberté d’expression. »



Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


Chibanis


L’Arabe pour tous