21 avril 1986 : 30 ans après ! Journée de lutte exeptionnelle des étudiant(e)s de la Gauche combative Tunisienne !

jeudi 21 avril 2016
par  Anis Mansouri depuis Genève (Suisse)
popularité : 8%

21 avril 1986 : 30 ans après !

Une journée marquée à jamais dans ma mémoire ! Une journée de lutte du mouvement étudiant tunisien et en particulier de la gauche révolutionnaire qui a écrit une autre belle page de l’histoire héroïque de notre peuple face à la dictature !
Après des journées de mobilisations intenses menées par la gauche marxiste et nationaliste, le régime de Bourguiba et de son ministre criminel Ben Ali a décidé de massacrer le mouvement !

Le 21 avril 1986, la gauche a appelé à un grand meeting à la fac de droit de Tunis pour décider de la suite du mouvement lancé depuis une semaine alors que les obscurantistes de la Tendance Islamique (Ennahdha aujourd’hui) ont appelé à quitter les lieux ! Nous étions des centaines et nous nous sommes retrouvé.e.s encerclé.e.s par les hordes de la police de Bourguiba/Ben Ali. Ce dernier dirigeait en personne la répression depuis la Route X ! Sauf que les militant.e.s ont décidé de ne pas céder ! Le campus nous appartenait et il n’y avait pas de raison de permettre aux hordes de la flicaille de le salir !

La résistance s’est mise en place, menée par les camarades de Chokri Belaid, de Moumen Bellanes, de Ahlem Belhadj, de Jalel Ben Brik Zoghlami, de Sonia Charbti et de Fathia Chaaria et .....et la liste est bien longue !

J’étais un jeune militant du mouvement élève et “je ne devais pas être présent sur les lieux” me disaient mes camarades. La confrontation a duré toute la matinée avant que les forces de la répression arrive à rentrer à la fac de droit. Nous ne disposions que de nos gorges, nos poitrines offertes et quelques pavés face à une police armée jusqu’aux dents ! Et leur surprise était implacable face à la capacité des militant.e.s. à stopper leur avancée. Sous la décision du feu Tahar Guargoura, je fus évacuer dans le coffre d’une voiture d’une enseignante qui a accepté de prendre le risque !! J’ai accepté la décision non sans amertume. Il a fallu attendre la fin de la journée pour que les forces répressives arrivent à évacuer l’ENIT et la fac des sciences. Les étudiant.e.s non politisé.e.s ont participé à la confrontation après avoir été témoins de l’engagement des militant.e.s ! Elles.ils ont compris de leurs propre expérience que leurs émancipations ne viendraient jamais par les négociations stériles et fumigènes mais par la prise de conscience de leurs propres énergies révolutionnaires !

Cette journée de lutte a été soldée par des dizaines d’arrestations de camarades qui se sont retrouvés dans le camps de concentration de Réjime Maatoug !!!
Cette journée est restée tatouée dans ma mémoire car elle m’a montré encore une fois que seule la lutte paye, que seules les mobilisations de masse et par en bas sont à même à nous ouvrir des perspectives d’émancipation !!!

Un p’tit témoignage pour la mémoire...avec mes excuses au prés de celles et de ceux que je n’ai pas cité.e.s et qui sont nombreux(euses) .



Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


Chibanis


Découvrir la Commune de Paris