C’est parce que Sana Ben Achour est démocrate qu’elle est combattue

mardi 9 juillet 2019
par  Chedly Mamoghli

Ce NON catégorique des islamistes pour que Sana Ben Achour ne devienne pas juge constitutionnelle a une raison claire mais non dite et non assumée par les islamistes

Madame Ben Achour a présenté trois fois sa candidature à la Cour constitutionnelle et, trois fois, les islamistes lui ont fait barrage. Maintenant c’est la quatrième fois qu’elle est candidate et la quatrième fois qu’ils lui font barrage.

Ce NON catégorique des islamistes pour que Sana Ben Achour ne devienne pas juge constitutionnelle a une raison claire mais non dite et non assumée par les islamistes. La raison est sociétale. Le projet sociétal défendu par Madame Ben Achour, le combat de sa vie, est aux antipodes de celui des islamistes. Elle représente et défend tout ce qu’ils combattent. Elle a toujours été pour l’égalité successorale et l’égalité des genres en général, elle a toujours clamé haut et fort sa volonté pour que la Tunisie soit laïque et pour que cela soit consacré par la Constitution (et ce bien avant janvier 2011). Elle fait partie des Femmes démocrates dont elle a été la présidente au moment de la révolution. Les Femmes démocrates sont l’antithèse de ce que doit être la femme pour les islamistes. Egalement, Sana Ben Achour est une progressiste avec un grand P, ce n’est pas un progressisme moins le quart, un progressisme de circonstances, un progressisme de façade ou un progressisme qui accepterait les compromis et encore moins les compromissions. Sana Ben Achour est l’anti-réac par excellence.

De plus, Sana Ben Achour est une juriste chevronnée. Techniquement, elle est très calée. Je le sais car j’ai eu le plaisir d’avoir été son étudiant en troisième année de droit public. Les islamistes savent que Madame Ben Achour juge constitutionnelle fera appliquer les principes de la Constitution concernant l’égalité successorale par exemple. Certains parmi nous sont pour, d’autres sont contre mais la Loi fondamentale est on ne peut plus claire et consacre l’égalité entre les citoyens. Cette égalité n’est pas divisible et ne s’applique pas sur certaines questions et jetée à la poubelle pour d’autres. Et les islamistes ne veulent pas de juges constitutionnels qui dans les futures décisions de la Cour et dans sa jurisprudence ne serviront pas leurs desiderata. Par honnêteté, rappelons que Nidaa Tounes également s’est opposé à sa candidature.

Pour toutes ces raisons, ils font bloc contre la candidature de Madame Ben Achour. Et pour toutes ces raisons nous devons soutenir Sana Ben Achour et faire bloc derrière elle.

Les islamistes veulent faire aboutir la candidature d’un type du nom de Ayachi Hammami. Je n’ai jamais, au grand jamais, entendu parler d’un professeur de droit ou d’un juriste de ce nom. Ils invoquent l’argument qu’il aurait été opposant sous l’ancien régime. Peut-être mais la belle affaire ! Ce n’est pas un argument, ce n’est pas un critère de choix pour devenir juge constitutionnel. Ce n’est pas parce que l’on a été un opposant sous un régime que l’on est un bon juriste et encore plus, que l’on mérite de siéger au sein de la juridiction la plus importante. Et devinez quoi ! Les éternels idiots utiles que sont les gauchistes d’El Jabha (normalement et logiquement progressistes sur le plan social) soutiennent ce type et sont contre Madame Ben Achour.

A l’heure où l’UE accorde toute la place que méritent ses compétences féminines, ici en Tunisie, nos compétences féminines sont combattues. Pas plus tard qu’hier, deux grandes dames ont été choisies pour prendre la tête de deux grandes institutions européennes en l’occurrence Ursula von der Leyen -longtemps ministre régionale puis fédérale en Allemagne- en tant que présidente de la Commission européenne (organe exécutif de l’UE) et Christine Lagarde pour succéder à Mario Draghi à la tête de la BCE.

Nous assistons à un triste spectacle en Tunisie qui m’afflige personnellement. Les gens compétents et chevronnés sont combattus et exclus et les champignons et les mauvaises herbes que sont les affairistes véreux et leurs courtisans composés de bobos mondains médiocres et d’opportunistes professionnels sont en passe de faire main basse sur le pays.



Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


Chibanis


Hercules 1959