Des militants CGT verbalisés à Paris pour avoir défendu l’hôpital

samedi 7 novembre 2020

Plusieurs dizaines de manifestants, soutenus par des élus de gauche, se sont réunis vendredi devant l’Hôtel-Dieu pour protester contre la décision de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) de mettre à « l’arrêt temporaire » les urgences de cet établissement. Des PV ont été dressés contre certains.

« Messieurs les gestionnaires, c’est un crime que de fermer les urgences, quelles qu’elles soient », « l’argent de l’hôpital, il est dans les paradis fiscaux », pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants rassemblés sur le parvis Notre-Dame, au pied de l’Hôtel-Dieu.

Un rassemblement pour dénoncer la fermeture des urgences dans le contexte de la Covid-19

Le rassemblement, qui s’est déroulé à l’initiative de la CGT, avait pour objet de dénoncer la décision de l’AP-HP de fermer temporairement, depuis mardi, les urgences de l’Hôtel-Dieu pour redéployer le personnel médical dans d’autres structures hospitalières, dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Plusieurs élu·e·s et parlementaires avaient fait le déplacement pour soutenir les personnels en lutte. Certains dénonçant une « décision aberrante » de l’AP-HP en pleine crise sanitaire et hospitalière.

Des militants verbalisés

Les forces de l’ordre ont procédé à plusieurs verbalisations, à hauteur de 135 euros, de manifestants présents lors de ce « rassemblement éphémère ». « Une intimidation scandaleuse », pour le sénateur Pierre Laurent, qui a regretté un « manque de tolérance » pour les manifestations en cette période de confinement, assurant qu’il adresserait un courrier au préfet de police pour solliciter l’annulation des amendes.


Chez nos copains... : Souce AFP et Rédaction NVO

Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


Chibanis


L’Arabe pour tous