La police tunisienne affronte des manifestants après avoir été battue par la police

samedi 16 janvier

La police tunisienne a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants vendredi dans la ville de Siliana, dans le nord du pays, après qu’un policier ait battu un berger, ont déclaré des témoins, lors d’un incident qui a déclenché la colère, alors que le pays célébrait le dixième anniversaire de la transition vers un démocratie totale.

Des centaines de manifestants ont brûlé des roues, bloqué des routes et lancé des pierres sur la police, qui a suivi les manifestants et a tiré du gaz, ont ajouté des témoins.

Dans la ville côtière de Sousse, des affrontements nocturnes ont eu lieu entre la police et des jeunes qui ont jeté des pierres sur les forces de sécurité, qui ont tiré des gaz lacrymogènes.

Les médias locaux ont déclaré qu’une petite manifestation avait également eu lieu dans la région de Karm dans la capitale Tunis et que la police avait arrêté certains manifestants.

Il y a dix ans, des manifestations massives contre la corruption, l’injustice et le régime répressif ont renversé le défunt président Zine El Abidine Ben Ali, après qu’un marchand de fruits s’est immolé dans la ville centrale de Sidi Bouzid après une altercation avec une policière.

La révolution tunisienne de 2011 a inspiré une vague de révolte dans les pays arabes alors que les gens se levaient pour réclamer la démocratie.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montrait un policier grondant et poussant un berger dont les moutons étaient entrés dans le quartier général du gouvernorat.

La vidéo a provoqué une vague de colère sur les réseaux sociaux. Les militants ont déclaré qu’il était inacceptable de porter atteinte à la dignité de tout citoyen, une décennie après la révolte des Tunisiens contre l’injustice et l’oppression.

Le parquet a ouvert une enquête sur l’incident.

Malgré cet incident, la Tunisie est un exemple de transition pacifique dans une région en proie à la violence et aux bouleversements ailleurs, sa situation économique et sociale s’est dégradée et le pays est au bord de la faillite et les manifestations se sont multipliées.


Chez nos copains... : Source : Reuters

Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


Chibanis


L’Arabe pour tous