« Nous voulons incendier leur maison comme ils nous ont brûlé le cœur » : le ras-le-bol des manifestants libanais à Tripoli

vendredi 29 janvier

Depuis lundi, de violents heurts opposant forces de l’ordre et manifestants contre la gestion de la pandémie de coronavirus par le gouvernement ont fait un mort et plus de trois cents blessés au Liban

Des foules en colère se sont rassemblées jeudi devant les résidences à Tripoli de personnalités politiques influentes du Liban, incendiant des bennes à ordures et brisant des caméras de surveillance, au quatrième jour de manifestations contre la gestion de la pandémie de coronavirus.

Les manifestants de cette ville du nord du pays ont jeté en fin de journée de jeudi des cocktails molotov dans les locaux de la mairie, provoquant un violent incendie, selon l’agence de presse nationale.

« Nous voulons incendier leur maison comme ils nous ont brûlé le cœur », déclare à l’AFP Omar Qarhani, père de six enfants. « Ils ont fait honte à cette ville », ajoute ce chômeur de 42 ans, en référence aux dirigeants politiques.

Pour les manifestants, les confinements à répétition, notamment celui en vigueur depuis le 14 janvier, l’un des plus stricts du monde, ont été le coup de grâce, dans un pays qui connaît sa pire crise économique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), aggravée par la pandémie et ayant entraîné des segments entiers de la population sous le seuil de pauvreté.

Tripoli, épicentre du mouvement de contestation

Tripoli, deuxième ville du Liban et l’une des plus pauvres du pays, est ainsi le théâtre depuis lundi de violents affrontements nocturnes entre les forces de sécurité et des manifestants excédés par les restrictions sanitaires et une crise économique qui ne cesse de s’approfondir.

Avec plus de la moitié de ses habitants vivant sous le seuil de pauvreté, la grande ville du nord a été l’un des épicentres du mouvement de contestation sans précédent déclenché en octobre 2019 à travers le pays contre une classe dirigeante accusée de corruption et d’incompétence.

« Nos dirigeants sont les mêmes depuis 30 ans. Ils ont ruiné l’avenir de notre jeunesse et conduit notre pays à la ruine »

- Adnan Abdallah, manifestant

« Que n’importe quel politicien ose marcher dans les rues de Tripoli ! », lance avec défi Omar Qarhani au milieu d’une centaine de manifestants rassemblés devant la maison d’un responsable politique de cette ville.

Après trois soirées de violents heurts ayant fait un mort et plus de trois cents blessés, une centaine de personnes ont de nouveau battu le pavé jeudi, s’arrêtant successivement devant différentes résidences de responsables politiques originaires de la ville et tentant d’y pénétrer avant d’être empêchées par l’armée.

Les protestataires ont lancé des pierres contre des caméras de surveillance dans le secteur, détruisant plusieurs d’entre elles.

Des véhicules militaires suivaient au pas les manifestants, en majorité encagoulés.

C’est pour bloquer l’avance de ces véhicules que des protestataires ont renversé des bennes à ordures sur la voie, a constaté un vidéaste de l’AFP.

« Humiliation »

Au milieu d’une foule compacte massée devant la maison du député Fayçal Karamé, Adnan Abdallah s’est lancé dans une diatribe contre les dirigeants originaires de la ville, dont certains sont classés parmi les milliardaires de la planète.

« Nous ciblons les foyers des politiciens parce qu’ils sont responsables de la situation dans laquelle le Liban se retrouve aujourd’hui », lance-t-il.

« Nos dirigeants sont les mêmes depuis 30 ans. Ils ont ruiné l’avenir de notre jeunesse et conduit notre pays à la ruine », déplore-t-il.

Devant la maison de Samir al-Jisr, autre député de Tripoli et ancien ministre de la Justice, des manifestants ont déclenché un incendie rapidement éteint par les forces de sécurité.

« Pourquoi les protégez-vous ? », ont crié les manifestants à l’adresse des forces de sécurité et des militaires déployés en renfort.

Les affrontements jeudi soir entre manifestants et forces de sécurité ont fait au moins cent deux blessés dont cinq hospitalisés, selon un tweet de la Croix-Rouge libanaise.

Adnan al-Hakim, un manifestant de 19 ans, marche en boitant, le visage couvert d’un bandage taché de sang.

Il affirme avoir été visé mercredi soir par une balle en caoutchouc au niveau de la jambe et reçu des coups de matraque sur le visage.

Mais sa détermination reste intacte, assure-t-il.

« Nous sommes obligés de descendre dans la rue pour réclamer nos droits », affirme le jeune manifestant à l’AFP.

« Ils nous forcent à vivre dans l’humiliation » mais nous « ne pouvons plus supporter cela ».


Chez nos copains... : Sources AFP : Par Dylan Collins

Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


Chibanis


Hercules 1959