Meurtre de Khashoggi : trois noms saoudiens disparaissent du rapport révisé des services de renseignement américains

lundi 1er mars

Les États-Unis déclarent avoir supprimé les noms `` à tort ’’ inclus dans le rapport initial, qui identifiait des individus complices du meurtre du journaliste

Les États-Unis ont discrètement mis à jour un rapport dénonçant les Saoudiens complices du meurtre de Jamal Khashoggi vendredi en supprimant trois noms sans explication.

La version originale de l’évaluation déclassifiée publiée vendredi , selon laquelle "le prince héritier d’Arabie saoudite Muhammad bin Salman a approuvé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi", a répertorié 21 personnes comme complices de la mort du journaliste.

Mais dans une révision publiée peu de temps après, seuls 18 noms ont été inclus. Abdulla Mohammed Alhoeriny, Yasir Khalid Alsalem et Ibrahim al-Salim ont tous disparu.

"Nous avons mis un document révisé sur le site Web parce que l’original contenait à tort trois noms qui n’auraient pas dû être inclus."

- Bureau du directeur du renseignement national (ODNI)

La première version a été supprimée du site Web du Bureau du directeur du renseignement national (ODNI) mais est toujours disponible dans les archives Web .

"Nous avons mis un document révisé sur le site Web parce que l’original contenait à tort trois noms qui n’auraient pas dû être inclus", a déclaré un porte-parole de l’ODNI à CNN , sans donner de détails sur la raison pour laquelle ils figuraient sur la liste en premier lieu ou sur leur implication. ont eu dans le meurtre.

Un porte-parole de la commission du renseignement du Sénat a refusé de commenter, a rapporté CNN, tandis que la Maison Blanche a renvoyé les demandes de commentaires à l’ODNI.

Inclusion `` erronée ’’

On ne sait pas comment et pourquoi les trois noms désormais supprimés se sont retrouvés dans la première version du rapport.

L’un des trois hommes, Abdulla (sic) Mohammed Alhoeriny, aurait des liens personnels avec les services de renseignement saoudiens.

On pense qu’il est le frère du général Abdulaziz bin Mohammed al-Howraini , un ministre qui dirige la présidence de la sécurité de l’État, qui supervise plusieurs agences de renseignement et de lutte contre le terrorisme.

Alhoeriny apparaît dans les rapports saoudiens en tant que chef adjoint de la sécurité de l’État pour la lutte contre le terrorisme, selon CNN.

Peu d’informations sont disponibles sur l’identité des deux autres hommes rayés de la liste, Yasir Khalid Alsalem et Ibrahim al-Salim.

Un initié de la famille royale devenu critique, Khashoggi a été tué et démembré au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en 2018, dans une affaire qui a considérablement terni la réputation du dirigeant de facto du royaume, également connu sous le nom de MBS.

Dans une interview télévisée vendredi, Biden a déclaré avoir déclaré au roi Salman - le père du prince héritier - que l’Arabie saoudite devait lutter contre les violations des droits de l’homme comme condition préalable à ses relations avec les États-Unis.

"[Je] lui ai dit clairement que les règles étaient en train de changer, et nous allons annoncer des changements importants aujourd’hui et lundi", a déclaré Biden sur le réseau en espagnol Univision.

Pendant ce temps, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a confirmé que Washington n’agirait pas contre le prince héritier lui-même.


Chez nos copains... : Source Agences

Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


Chibanis


Hercules 1959