Les manuels scolaires britanniques sur le conflit au Moyen-Orient modifiés pour favoriser Israël

jeudi 1er avril

L’éditeur a déclaré qu’il suspend maintenant la distribution des livres qu’il avait modifiés après une plainte des avocats britanniques pour Israël

L’éditeur international Pearson a suspendu la distribution de deux manuels utilisés par les lycées britanniques après qu’un groupe d’universitaires a déclaré dans un rapport qu’ils déformaient le bilan historique et n’offraient pas aux élèves une vision équilibrée du conflit israélo-palestinien.

Le rapport a révélé que des modifications avaient été apportées au texte, aux calendriers, aux cartes et aux photographies, ainsi qu’à des échantillons de dissertations et de questions des élèves.

Il a conclu que "les écoliers ne devraient pas recevoir de propagande sous le couvert de l’éducation" et a appelé à leur retrait immédiat.

Les modifications du manuel ont été apportées l’année dernière après une intervention du Conseil des députés des Juifs britanniques travaillant en collaboration avec les avocats britanniques pour Israël (UKLFI).

Les livres, intitulés Conflict in the Middle East and The Middle East : Conflict, Crisis and Change, tous deux de l’auteur Hilary Brash, sont lus par des milliers d’étudiants GCSE et International GCSE chaque année.

Pearson n’a pas répondu aux demandes de PCE quant à savoir si Brash avait accepté les changements

Les GCSE sont les qualifications académiques étudiées par les lycéens britanniques jusqu’à l’âge de 16 ans.

Le rapport de huit pages, rédigé par les professeurs John Chalcraft et James Dickins, spécialistes du Moyen-Orient en histoire et politique, et en arabe, respectivement, et membres du Comité britannique pour les universités de Palestine (BRICUP), a trouvé des centaines de changements dans les manuels. - en moyenne trois changements par page.

’Examen indépendant’

L’exécutif du National Education Union (NEU), le principal syndicat enseignant du Royaume-Uni, a exprimé sa préoccupation concernant les conclusions exposées dans le rapport, ainsi que le processus éditorial qui a conduit aux changements.

La NEU a annoncé qu’elle contacterait les éditeurs pour obtenir des éclaircissements.

Le rapport note qu’en dépit de l’ampleur des changements, les livres n’indiquent pas qu’ils ont été révisés.

Gardez le contact !

Dans une déclaration envoyée à PCE, Pearson a déclaré : « Notre principe éditorial fondamental est de soutenir l’enseignement de cette période importante de l’histoire du Moyen-Orient d’une manière juste, neutre et équilibrée.

« Nous apprécions les commentaires, mais nous avons mis en place des processus robustes pour examiner les commentaires - ceci est particulièrement important pour une période aussi sensible de l’histoire.

« Nous avons commandé une revue indépendante de ces livres l’année dernière et les modifications apportées étaient basées sur les résultats de cette revue.

« Nous maintenons nos textes mais avons déjà pris la décision de suspendre la distribution pendant que nous discutons plus avant avec les parties prenantes. »

Faits supprimés

Le rapport met en évidence plusieurs exemples de modifications du texte d’origine. Dans un exemple, la version originale dit que "le droit international stipule qu’un pays ne peut pas annexer ou occuper indéfiniment un territoire gagné par la force". C’est le consensus juridique international écrasant. La version révisée le remplace par : "Certains affirment que le droit international stipule qu’un pays ne peut pas annexer ou occuper indéfiniment un territoire acquis par la force".

Dans un autre cas, l’édition originale comprend la déclaration que pendant la première Intifada de 1987-93 "les bras et les doigts des lanceurs de pierres d’enfants [palestiniens] ont été brisés [par des soldats israéliens]". Ce fait est bien documenté. Dans l’édition révisée, il a été supprimé.

Le massacre de Deir Yassin (au cours duquel les forces israéliennes ont tué au moins 107 civils palestiniens) est décrit dans la version originale du manuel International GCSE comme "l’une des pires atrocités de la guerre [de 1948]". Dans l’édition révisée, le mot « atrocités » a été remplacé par « actes ».

’Choquant et inacceptable’

Le rapport a constaté que de nombreuses références à la violence et à l’agression juives et / ou israéliennes ont été supprimées ou atténuées, tandis que les références à la violence ou à l’agression arabes et / ou palestiniennes ont été systématiquement ajoutées ou intensifiées.

Dans la version originale du manuel national GCSE, il y a 10 références au terrorisme juif et 32 ​​au terrorisme palestinien (dans chaque cas, y compris l’utilisation de « terreur », « terroriste » ou « terrorisme »).

Après révision, il y a quatre références au terrorisme par des groupes juifs et 61 références au terrorisme par des Palestiniens.

Le professeur Chalcraft, l’un des auteurs du rapport, a déclaré : « Dans une très grande majorité, les changements qui ont été apportés à ces textes ajoutent ou remplacent des déclarations, des informations et des interprétations qui favorisent un récit israélien, et suppriment ou remplacent ceux qui soutiennent les récits palestiniens.

"L’effet global est de rendre ces livres dangereusement trompeurs."

Khaled Fahmy, professeur d’études arabes au King’s College de Cambridge, a déclaré : « S’il est louable que les livres d’histoire du Moyen-Orient soient régulièrement révisés et mis à jour, la manière dont ces deux manuels scolaires ont été révisés est choquante et inacceptable.

"Les manuels scolaires devraient être révisés sur la base des conseils et de l’expertise des universitaires et des universitaires, et non par des évaluateurs sélectionnés par une organisation d’avocats dont la justification est de défendre un pays étranger."

« Nous sommes satisfaits du matériel final »

Une déclaration publiée par le Conseil des députés des Juifs britanniques en septembre 2020 décrivait le processus menant à la révision des manuels : « Après des conversations constructives initiales avec Pearson, le Conseil des députés a travaillé avec UKLFI [UK Lawyers for Israel] pour produire des des commentaires sur les deux manuels, que Pearson a reçus et auxquels il a donné suite.

"Après un processus détaillé et long sur plusieurs mois, les livres ont maintenant été publiés pour que les étudiants puissent les utiliser au cours de l’année universitaire 2020-1."

Marie van der Zyl, présidente du Conseil des députés des Juifs britanniques, a déclaré : « Nous félicitons Pearson pour son ouverture aux commentaires constructifs et sa volonté de réviser ces manuels.

« Nous sommes satisfaits du matériel final, qui donne une image équilibrée et précise du conflit au Moyen-Orient.

"Je voudrais rendre un hommage particulier et remercier l’UKLFI pour son travail acharné sur ce projet et son effort de collaboration avec nous pour amener ces manuels là où ils devaient être."

"L’éditeur doit réévaluer ces manuels"

Un porte-parole de l’éditeur évoque "une nouvelle édition" en ce qui concerne les manuels, mais rien n’indique au lecteur des textes révisés qu’il s’agissait de nouvelles éditions, ni aucune indication de l’étendue des révisions qui ont été apportées à les originaux.

Henry Maitles, professeur émérite d’éducation à l’Université de l’ouest de l’Écosse, a déclaré : « Les amendements me semblent prendre des livres parfaitement équilibrés et les transformer en ressources unilatérales et biaisées.

"Il est important, pour traiter des questions contestées, d’adopter une approche équilibrée. Ces changements en éloignent ces manuels.

"Ils risquent maintenant d’être considérés comme de la propagande. L’éditeur devrait réévaluer ces manuels et veiller à ce que l’équilibre leur soit rétabli."


Chez nos copains... : Source Agences

Nos Rendez vous !

<<

2021

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


« Trente ans d’Humanité » de José Fort


Chibanis


Ma France

À la fête de l’Humanité

Mustapha s’en va-t-en guerre


Opération « Boléro-Paprika »

À la Fête de l’Humanite