Les combats à Marib au Yémen s’intensifient, 53 tués en 24 heures

samedi 10 avril

Une source militaire a déclaré que les Houthis avaient fait de petits gains territoriaux mais ne menaçaient pas encore la ville de Marib elle-même

Au moins 53 forces pro-gouvernementales et combattants houthis ont été tués au cours des dernières 24 heures, alors que la bataille pour la région de Marib, riche en pétrole au Yémen, s’intensifie, ont annoncé samedi des responsables militaires loyalistes.

Les Houthis font pression pour s’emparer de la région clé de Marib, le dernier bastion nordique du gouvernement, depuis février.

« Les rebelles ont réussi à s’emparer d’un peu de territoire » lors des derniers combats au nord-ouest de la ville, a déclaré une source militaire pro-gouvernementale, ajoutant qu’ils ne menaçaient pas la ville de Marib elle-même.

Gardez le contact !

La même source a déclaré que 22 soldats du gouvernement, dont cinq officiers, avaient été tués, ainsi que 31 combattants houthis.

En 2014, les Houthis se sont emparés de la capitale, Sanaa, à 120 km à l’ouest de Marib, ainsi que d’une grande partie du nord du Yémen. En mars 2015, une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue au nom du gouvernement internationalement reconnu.

Des responsables militaires loyalistes ont déclaré samedi que des avions de la coalition avaient mené des frappes contre les Houthis, mais que le mouvement avait poursuivi son offensive.

Les Houthis ont également multiplié les frappes de missiles et de drones contre l’Arabie saoudite voisine ces derniers mois, rejetant une proposition saoudienne de cessez-le-feu.

La perte de Marib serait un coup dur pour le gouvernement yéménite, actuellement basé dans la ville méridionale d’Aden, et pour ses soutiens saoudiens. La province abrite également au moins un million de personnes déplacées vivant dans des camps dans le désert environnant.

Les pays occidentaux ont précédemment appelé les Houthis à mettre fin à leur offensive de Marib, accusant les rebelles d’aggraver la crise humanitaire du pays.


Chez nos copains... : Source Agences

Nous aimons !

« Les Siestes du grand-père »


Chibanis


Hercules 1959